Jakob Baumann

Les projets PPP exigent des solutions au-delà du département avec le partenaire privé et sont donc des moteurs du changement culturel.

PPP-Informations

Un an de black-out sur le futur parking souterrain

15.12.2016

Le projet phare d'Yverdon avance à petits pas dans l’ombre. La Ville est toutefois sur le point de signer avec un investisseur.

par Vincent Maendly, 24heures

Depuis deux ans, de grandes images de synthèse placardées à la gare d’Yverdon montrent l’avenir verdoyant de la place d’Armes, qui n’est aujourd’hui qu’un hideux parking à ciel ouvert. Mais faut-il encore y croire, alors qu’officiellement plus rien n’est communiqué depuis de longs mois sur ce projet emblématique, qui pèse 17 millions de francs sur le plan des investissements de la Ville?

La dernière information date d’il y a exactement un an, quand la nouvelle Municipalité de droite présentait les lignes remodelées du parking qui sera créé au sous-sol de la place. L’annonce donnait corps à un vœu maintes fois exprimé du PLR: celui de revoir à la hausse la dimension de l’ouvrage, prévu dorénavant pour 1100 places. Bien loin des 550 qui constituaient encore en 2014 «l’objectif minimal» des autorités de l’époque. En surface, ce sont 795 places qui disparaîtraient.

Myriade de clauses de confidentialité

L’Exécutif aurait-il de la peine à trouver un partenaire privé prêt à construire si grand, option qui aura inévitablement un impact sur la rentabilité du parking? Municipale de l’Urbanisme et des Bâtiments, Gloria Capt se veut rassurante, mais saisit un compte-gouttes pour délivrer ses réponses. «Nous avons beaucoup avancé en une année, mais rien ne peut être divulgué à ce stade. Ce qu’on peut dire, c’est que l’appel d’offres a suscité de l’intérêt. D’ailleurs, un rapport sera tout prochainement présenté à la Municipalité pour une décision importante à prendre sur le choix de l’investisseur.» Le dossier est rempli de clauses de confidentialité. Une communication est prévue dans le premier semestre 2017, indique l’édile. «Quelques ajustements ont dû être faits par rapport au projet idéal que nous avons présenté il y a un an, mais on reste dans la même ligne.»

Un peu de retard a été pris par rapport au calendrier publié fin 2015, qui prévoyait une mise à l’enquête publique à l’été 2017 pour une inauguration en 2019. Cheffe de groupe du Parti socialiste, Natacha Ribeaud Eddahbi ne s’en étonne guère. «Vu les moyens limités de la Ville (ndlr: qui vient de voter 94 millions de francs d’investissements pour bâtir un collège et la route de contournement), il y a certainement des difficultés à trouver un partenariat public-privé qui soit suffisamment intéressant pour tout le monde. Et la Commune ne peut clairement pas y aller seule. A cela s’ajoute la question des ressources humaines: Yverdon ne peut tout simplement pas mener de front tous ces grands projets, faute de personnel», analyse-t-elle.

Concours d'architecture «sans doute prématuré»

L’attente des Yverdonnois n’en demeure pas moins grande. Gloria Capt admet que le con­cours d’architecture pour le réaménagement de la place d’Armes, riche en promesses, «a sans doute été prématuré, car on ne peut pas s’occuper de la surface de la place tant qu’on n’a pas figé ce qu’il y aura dessous». Le parking souterrain souffre aussi d’être intimement lié au chantier du Front de gare, qui impliquera le rehaussement des bâtiments existants, La Poste et Raiffeisen, et leur extension sur l’actuel parking de l’Ancien-Stand, où déménagerait Manor. «Tout doit être synchronisé, mais le Front de gare est un projet moins avancé», dit la municipale. Un casse-tête juridique, technique et urbanistique pour lequel la Ville est aidée par de nombreux mandataires externes. «Ce dossier est extrêmement complexe, il nous donne des sueurs froides, mais il est passionnant.»

Source: www.24heures.chAuteur: Vincent MaendlyDate: le 15 décembre 2016

Revenir | Ajouter un commentaire

Commentaires

Veuillez additionner 5 et 5.*