Armin Haymoz

Les PPP sont possibles avec les lois existantes.

PPP-Informations

Le partenariat public-privé n'est pas la panacée

tstamp);*/ echo substr($this->date, 0, -5); ?>

Le partenariat public-privé n'est pas la panacée

Le partenariat public-privé n'est pas la panacée. Convaincu par la ministre des finances Eveline Widmer Schlumpf, le Conseil des Etats a refusé jeudi par 18 voix contre 12 de privilégier cette voie pour les nombreux investissements qui attendent la Confédération.

Dans un postulat, Pirmin Bischof (PDC/SO) voulait que le Conseil fédéral indique comment développer et mettre en place de nouveaux financements, notamment sous la forme de partenariats public-privé, dans les domaines de l'énergie, de la communication, des transports, de la formation et des assurances sociales.

Il ne s'agirait pas de choisir dès à présent une solution ou une entreprise mais d'avoir une vue d'ensemble, étantdonné l'ampleur des nouvelles sources de financement qu'il faudra trouver ces prochaines années, a plaidé envain le Soleurois. Le partenariat public-privé est l'une des solutions qui permettent de mobiliser des capitaux supplémentaires pour réaliser des investissements, a reconnu la ministre des finances.

La Confédération étudie donc au cas par cas s'il s'agit d'une option avantageuse. Mais ce n'est pas la panacée. Le partenariat public-privé est possible dans certains domaines comme la construction de bâtiments administratifs ou la culture mais n'est pas adéquat pour l'AVS, l'assurance-invalidité ou l'éducation et peuprobable pour les infrastructures nationales.

Postulat von Pirmin Bischof

Wortmeldungen im Ständerat

Autor/HerausgeberSDA
QuelleSDA
Datum13.09.2012

Revenir | Ajouter un commentaire

Commentaires

Quelle est la somme de 3 et 8 ?*