Prof. Dr. A. Lienhard

L’accomplissement des missions de service public en coopération est bien légitimé constitutionnellement.

PPP-Informations

Le Centre de chirurgie ambulatoire du CHUV en déficit

10.02.2016

La structure du CHUV gérée par une société privée accuse 2,2 millions de pertes depuis son ouverture, en 2014.

Le Centre de chirurgie ambulatoire du CHUV cumule un déficit de 2,2 millions de francs, rapportait hier la RTS. Inauguré en 2014, ce bloc opératoire constitue le premier partenariat public-privé d’envergure conclu par l’hôpital universitaire. Le CHUV se charge des soins; la société privée MV Santé de la gestion.

Le déficit ne remet nullement en cause le partenariat, insistent les deux parties, qui se partagent les pertes à parts égales. Elles évoquent un projet «inscrit dans la durée» permettant d’entamer le virage vers l’ambulatoire. But ultime: limiter le temps d’hospitali­sation, et donc les coûts. «La direction de l’hôpital est très satisfaite de ce partenariat, insiste Philipp Müller, directeur administratif et financier du CHUV. Il aurait été risqué de partir du principe que les comptes soient équilibrés dès la première année.» Et de citer deux objectifs «prioritaires» déjà atteints: l’absorption de la chirurgie de la main, pratiquée auparavant à Longeraie, et le désengorgement du bloc opératoire du CHUV, chroniquement saturé.

Le taux moyen d’occupation de ce dernier est passé de 91,4% à 87%, rapporte Philipp Müller. Les opérations supplémentaires qui ont pu y être pratiquées ont engendré des revenus additionnels de l’ordre de 1 million par an. «Il faut mettre ces revenus en regard avec notre créance de 1,1 million envers MV Santé. Le bilan financier global est donc positif.» Il ajoute que le CHUV récupérera cette créance sur les exercices bénéficiaires, «en principe à partir de 2016».

Un autre paramètre guide sa réflexion. De lourds travaux de rénovation des salles d’opération du CHUV sont prévus dès 2017. Le bloc provisoire qui prendra le relais pendant trois ans fera «perdre» à l’hôpital deux salles. «La marge dégagée grâce au partenariat permet d’envisager avec sérénité cette période transitoire sensible», relève Philipp Müller.

Le directeur général de MV Santé, Milan Vuckovic, se veut lui aussi rassurant. Il détaille les pertes: 1,9 million de déficit en 2014 (4000 opérations); 250'000 fr. de déficit en 2015 (6000 interventions). «L’amélioration est manifeste et nous serons dans les chiffres noirs cette année. Il y a un processus d’adaptation naturel lorsque l’on réunit une petite entreprise et une grande institution comme le CHUV, qui a ses habitudes et contraintes. Oui, nous aurions aimé totaliser 7000 opérations la première année, mais ce n’était pas réaliste. Aujourd’hui, la confiance est établie avec les médecins. Nous accueillons de plus en plus de chirurgies complexes.» Il s’avoue tout de même déçu: «Aurait-on pu être plus rapide? Qu’est-ce qui a freiné le mouvement? Un rapport d’activité qualitatif le dira.»

Le Centre de chirurgie am­bulatoire devait faire chuter de 30% le coût des interventions. La di­minution n’atteint que 10% (2135 fr. par intervention en 2015). Tout s’éclairera en 2016, assure Milan Vuckovic. «L’objectif des 7000 opérations devrait être atteint. Cela permettra de passer sous la barre des 2000 fr. par opération.» Même raisonnement concernant le taux d’occupation, encore faible, des sept salles. «Il est passé de 39% en 2014 à 53% en 2015. Nous disposons d’un potentiel d’expansion jusqu’en 2022. C’était le but.»

Les partenariats public-privé sont prisés par le CHUV en ce moment. L’Hôpital des patients, actuellement en construction, implique Retraites Populaires et la société zurichoise Reliva Patientenhotel SA.

Source: www.24heures.chAuteur: Marie NicollierDate: le 9 février 2016

Revenir | Ajouter un commentaire

Commentaires

Quelle est la somme de 7 et 7 ?*