Sven Rump

Le PPP est une manière de penser libérale, judicieusement reliant l'Etat et l'économie où, tendant à réduire la quote-part publique.

PPP-Informations

Dépôt d’un postulat relatif à l’acquisition de véhicules de l’armée

tstamp);*/ echo substr($this->date, 0, -5); ?>

Conseillère nationale et présidente de l’intergroupe parlementaire Partenariats public-privé PPP, Elisabeth Schneider-Schneiter a déposé un postulat relatif à l’acquisition de véhicules de l’armée. Elle y enjoint le Conseil fédéral de répondre à plusieurs questions: pourquoi la possibilité d’externaliser la gestion des véhicules de l’administration n’est-elle pas examinée de manière objective? Quels aspects de la gestion de la flotte de véhicules font déjà l’objet d’une collaboration avec des entreprises privées et quel est le résultat de cette solution? Dispose-t-on d’informations sur les résultats obtenus dans le cadre de collaborations comparables?

Cette intervention fait suite aux nombreuses questions déjà posées, relatives à la gestion de la flotte, notamment sur l’initiative de l’Association PPP Suisse. La Confédération dispose d’une flotte considérable d’environ 1800 véhicules pour les militaires professionnels, de 86 véhicules de représentation et d’environ 4000 véhicules de l’administration. Il existe une gestion de parc pour les véhicules des militaires professionnels, ce qui n’est pas le cas pour ceux de l’administration. Cette situation est surprenante compte tenu des expériences faites par d’autres grands exploitants de flottes, tels que la Poste ou Mobility Société Coopérative. L’étonnement n’en est que plus grand lorsque l’on constate qu’en Allemagne, un prestataire offre ses services de mobilité à l’armée de manière très efficace. Les experts de cette société estiment qu’un partenariat public-privé serait également profitable pour la gestion de la mobilité de l’armée suisse. Interrogée sur les raisons de ce postulat, Elisabeth Schneider-Schneiter y a apporté la réponse suivante: «Le DDPS recherche de nouveau à l’heure actuelle la manière de réduire le coût des véhicules. Au printemps 2014, l’Inspectorat du DDPS était parvenu à la conclusion que ce coût n’était pas toujours calculé de la même manière et que la gestion de la flotte ne tenait pas compte des principes de l’économie d’entreprise. Mes cosignataires, les contribuables et moi-même voulons à présent savoir pourquoi les possibilités de réduire les coûts ne sont pas toutes exploitées!».

Le postulat peut être consulté sur Curia Vista, la banque de données des objets parlementaires. En automne 2014, Madame la Conseillère nationale Elisabeth Schneider-Schneiter a adressé une interpellation similaire au Conseil fédéral. Le texte de cette interpellation tant que la réponse du Conseil fédéral sont disponibles ici.

Toutes les interventions parlementaires des derniers 10 ans au sujet des PPP sont résumés sur cette plateforme-ci, voir PPP dans la politique.

Revenir | Ajouter un commentaire

Commentaires

Quelle est la somme de 4 et 2 ?*